Une coalition veut une enquête sur les actions de la GRC en territ. Wet’suwet’en

À la une

Une coalition veut une enquête sur les actions de la GRC en territ. Wet’suwet’en

À Vancouver, les représentants de la Première Nation Wet’suwet’en, de l’Union des chefs de la Colombie-Britannique (UBCIC) et de l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique (BCCLA) tiennent une conférence de presse pour expliquer l’appel à l’ouverture d’une enquête sur la façon dont la GRC contrôle l’accès à une zone située sur le territoire des Wet’suwet’en dans le nord de la C.-B. Les chefs héréditaires Wet’suwet’en, l’UBCIC, et la BCCLA souhaitent que la présidente de la Commission civile d’examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC, Michelaine Lahaie, fasse enquête sur ce qu’ils considèrent comme des gestes déplacés et illégaux commis par les agents de la police fédérale faisant respecter une zone d’exclusion près du chantier de Coastal GasLink. Ces représentants dévoilent la réponse de Mme Lahaie à leur requête réclamant le dépôt d’une plainte sur les politiques et l’ouverture d’une enquête d’intérêt public.

Les partisans des chefs héréditaires qui s’opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink ont installé des camps entre le poste de contrôle de la police et le chantier. Ce blocage de voies ferrées partout au pays en appui aux chefs héréditaires perturbe le réseau de transport ferroviaire canadien. (20 février 2020) (aucune interprétation simultanée)