Contrat à l’organisme UNIS : Les conservateurs réclament une enquête criminelle

À la une

Contrat à l’organisme UNIS : Les conservateurs réclament une enquête criminelle

À la Colline du Parlement, devant des journalistes, les porte-parole conservateurs Michael Barrett (Éthique) et Pierre Poilievre (Finances) commentent les révélations sur la rémunération perçue par des membres de la famille du premier ministre Justin Trudeau pour des discours prononcés lors d’événements organisés par l’organisme de bienfaisance UNIS. Lorsque le gouvernement fédéral a annoncé, le 25 juin dernier, sa décision d’octroyer un contrat d’une valeur de 900 millions de dollars à cet organisme pour qu’il gère la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant, l’annonce a provoqué une levée de boucliers. Le 3 juillet, le gouvernement a annoncé que l’organisme de bienfaisance se retirait du contrat. Le 8 juillet, le premier ministre a déclaré aux journalistes qu’il ne s’était pas récusé des discussions ministérielles sur l’approbation de ce contrat.

Après avoir reçu des demandes de la part des porte-parole en matière d’éthique Michael Barrett (conservateur) et Charlie Angus (néo-démocrate), le commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique fédéral a lancé une enquête sur la décision du gouvernement d’octroyer le contrat. Deux comités de la Chambre des communes examineront aussi les faits entourant cette affaire. (10 juillet 2020)