La crise des Rohingyas au Myanmar —1 octobre 2017

La crise des Rohingyas au Myanmar —1 octobre 2017

Update:

Envoyé spécial du Canada au Myanmar, Bob Rae a publié son rapport final sur les éventuelles actions que le Canada et la communauté internationale pourraient prendre afin de contrer la crise des Rohingyas au Bangladesh.

Intitulé « Dites-leur que nous sommes humains », ce document présente 17 recommandations visant à informer le gouvernement et ses alliés des moyens d’apporter de l’aide et d’exiger de la responsabilisation dans ce dossier.

Depuis août 2017, 700 000 réfugiés auraient fui l’État de Rakhine, au Myanmar, vers le Bangladesh, pays avoisinant.

Le rapport de B. Rae recommande au Canada :

  • de se concentrer sur « l’aide humanitaire, l’éducation, le soutien aux infrastructures et l’atténuation des répercussions de leur déportation violente sur les femmes et les filles rohingyas » en élaborant un plan pluriannuel;
  • d’adopter des sanctions économiques contre les personnes et les entreprises réputées avoir joué un rôle dans la violation du droit international humanitaire, dont la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide des Nations Unies;
  • de financer les initiatives de paix et de réconciliation;
  • d’accueillir les réfugiés rohingyas au Canada et dans les pays alliés; et
  • de mettre sur pied un groupe de travail international pour coordonner les politiques et les programmes visant à s’attaquer à la crise des Rohingyas.

Le gouvernement fédéral a déclaré qu’il prendrait le temps requis en vue de bien analyser ces recommandations et d’élaborer un plan de mesures adéquates. Il a déjà versé 45,9 millions de dollars $ en aide humanitaire dans ce dossier depuis 2017.


En octobre, le gouvernement a nommé Bob Rae au poste d’envoyé spécial du premier ministre auprès du Myanmar. Dans son premier rapport, publié en décembre, M. Rae décrit la manière disproportionnée dont la crise a touché les femmes rohingyas, qui subissent des violences sexuelles et autres abus de la part des militaires du Myanmar. M. Rae prévoit retourner dans la région le mois prochain avant de publier son rapport final.

Au mois de décembre 2017, la ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, a annoncé la somme finale versée au Fonds de secours pour la crise au Myanmar. Il s’agit d’un programme en vertu duquel le gouvernement a promis de doubler les dons de 12,5 millions de dollars que les Canadiens ont faits aux organismes caritatifs enregistrés. Avec cette dernière contribution équivalente, en 2017, le gouvernement se sera engagé à verser plus de 37,5 millions de dollars pour aider les victimes de la crise.

La crise des Rohingyas au Myanmar —1 octobre 2017

Cette semaine, l’émission « Perspective avec Alison Smith » examine la crise des Rohingyas au Myanmar.

Alison s’entretient avec Poppy McPherson, journaliste basée à Yangon, au Myanmar, dans le cadre du récent déchaînement de violence dans l’état d’Arakan et des conditions des camps de réfugiés au Bangladesh.

Président et fondateur de la Rohingya Association of Canada, Anwar Arkani raconte les expériences tragiques vécues par les Rohingyas en Asie que la communauté canadienne de cette minorité lui a rapportées. De plus, il exhorte le gouvernement canadien et la communauté internationale de fournir davantage d’efforts pour s’attaquer à cette question.

Alison reçoit Azeem Ibrahim, agrégé supérieur de recherche au Center for Global Policy et auteur du livre « The Rohingyas: Inside Myanmar’s Hidden Genocide » (Les Rohingyas: à l’intérieur du génocide cachée au Myanmar). Il décrit l’historique de la persécution subie par les Rohingyas et le rôle d’Aung San Suu Kyi dans le conflit actuel en tant que « bouclier entre les militaires et la communauté internationale ».

Alison discute avec Matthew Smith, directeur général de Fortify Rights, organisation de défense des droits de la personne en Asie du Sud-Est, concernant les cas de violation des droits humains dans l’État d’Arakan, récemment consignés par son groupe.